Les horaires du drive

Pour la reprise, nous avons prévu
des horaires élargis : 



Ces horaires sont provisoires. 
Nous les réajusterons si nécessaire. 

Partager "Horaires du drive " sur facebookPartager "Horaires du drive " sur twitterLien permanent

Bibliothèque

Bibliothèque François-Mitterrand

  • Horaires habituels

    • Mardi : 15h - 18h
    • Mercredi : 10h - 12h / 15h - 18h
    • Jeudi : 15h - 18h
    • Vendredi : 15h - 18h
    • Samedi : 10h - 12h30 / 15h - 17h

9 rue Jean Jaurès
38610 Gières

04.76.89.37.28

Fermetures annuelles
1er, 8 et 21 mai Du 1er au 15 août 2020 Le mercredi 11 novembre Du 25 décembre au 2 janvier 2020

Fermé. Réouverture Mardi à 15:00

Accès
Bus 15 (arrêt Place de la République) Bus 14 (arrêt Edelweiss) Tram B et C (arrêt Gare de Gières) Parking en face et derrière la bibliothèque

Mes vrais enfants (Jo Walton)

note: 5Double vie Marianne - 15 avril 2020

La vie de Patricia, jeune anglaise née dans les années 1920, semble ordinaire : après une enfance marquée par la guerre, elle devient professeure d'anglais et se fiance. Mais un choix [...]

Les Yeux ouverts (Marguerite Yourcenar)

note: 5Les yeux ouverts Robert - 11 avril 2020

Pour mieux connaitre cette romancière hors norme. De l'enfance à la maturité, un long entretien avec un journaliste, que la postérité ne manquera pas de fustiger, pour nous éclairer sur [...]

Portrait d'une voix (Marguerite Yourcenar)

note: 5Portrait d'une voix Robert - 11 avril 2020

Bel échange autour des sujets, des thématiques qui jalonnent l'œuvre de Yourcenar. ce portrait démontre la continuité dans la pensée, le long mûrissement des livres et une façon de vivre [...]

Critique

 

Mercy, Mary, Patty (Lola Lafon)

note: 3Mercy, Mary, Patty Robert - 30 octobre 2017

Patricia Hearst, héritière d'un magnat de la presse américaine, défraya la chronique dans les années 70. Enlevée par un groupuscule d'illuminés, elle épousa la cause de ses ravisseurs... L'auteur s'empare de ce fait divers mondialement célèbre pour tisser un roman assez complexe. Le titre en lui-même reste énigmatique jusqu'à la dernière ligne de l'ouvrage. Cette fiction semble cohérente mais pourquoi cette écriture alambiquée qui déroute souvent ?